« Au bout de deux semaines, je ne savais pas
où se trouvaient mes adversaires.
J’ai traversé psychologiquement une période délicate.

Je partais pour une compétition et je me retrouvais
dans la position d’un aventurier.
Coupé du monde, je n’y étais pas préparé »

Michel Desjoyeaux, 31ème en 1991

Elle est la vraie, l’unique, la dernière course au large en solitaire sans communication avec la terre : la Mini Transat. 

En 2017, 40 ans après la première course, quelque 1000 marins dont une soixantaine de femmes auront traversé l’Atlantique en solitaire. De grands noms de la voile se sont illustrés par cette course mythique qui est la porte d’entrée de la course au large, Elen Mac Arthur, Loic Peyron, Samantha Davies, Michel Desjoyaux, ou encore Tanguy de la Motte.

La traversée de l’Atlantique en solitaire n’est pas une sinécure, en particulier sur un bateau de 6.50 mètres. La préparation pour cette course est un travail de longue haleine, sur soi-même pour apprendre la solitude en mer, et avec le bateau.  Si la traversée de l’Atlantique est le graal de cette aventure, les courses d’avant saison et les phases de qualifications ne sont pas moins importantes et demandent une persévérance tout au long des deux années de préparation.

programme2017

 

 

Illustration : Hubert Poirot-Bourdain

Publicités