Depuis la mise à l’eau du bateau fin février, tout s’est accéléré !

#ENTRAINEMENTS

Il n’y a pas de secret, pour arriver de l’autre côté de l’Atlantique avec mon bateau, je dois naviguer, naviguer et encore naviguer. Je m’entraîne donc au Pôle de course au large de La Trinité-sur-Mer, mais aussi ponctuellement à Lorient avec l’excellent coach Tanguy Leglatin. C’est la première fois depuis le début du projet que je suis entraînée. L’entraîneur depuis un semi-rigide, nous conseille sur nos réglages du bateau et sur notre conduite à la barre. Le tout est filmé et longuement débriefé à la fin de la journée. C’est franchement dur. Très dur. Si les remarques sont foisonnantes et pertinentes, elles sont aussi déroutantes car je prends conscience de l’ampleur des connaissances à avoir pour bien mener le bateau. C’est un puit sans fond de savoir, de compréhension, de réglages, d’ajustements et cela rend la navigation passionnante, mais difficile. La marge de progression est énorme et je suis bien loin d’arriver en haut de la courbe ! Les entrainements sur l’eau durent en moyenne 4 heures par jour. Ce n’est rien par rapport aux courses qui peuvent durer plusieurs jours, mais l’intensité n’est pas la même. Nous enchaînons les bords sur différentes allures qui impliquent des changements de voile incessants, les bords sont courts, à peine le temps de ranger le bateau qu’il faut manoeuvrer et tout déranger à nouveau ! C’est ainsi que ça rentre, faire la même chose indéfiniment pour savoir faire au milieu de l’Atlantique, seule et sans réfléchir.

#RECHERCHE DE SPONSORS

Quand je ne suis pas sur mon bateau, je suis derrière mon ordinateur téléphone en main, à la recherche de sponsors assez fous pour traverser l’Atlantique avec moi ! J’ai aujourd’hui rassemblé 45% de mon budget, c’est déjà beaucoup mais je dois encore acheter de nouvelles voiles pour le bateau, acheter et installer un nouveau système 100% solaire pour charger les batteries de mon bateau pendant la Transat, financer les entrainements, les formations, et du matériel de sécurité neuf. Un partenaire technique vient d’embarquer à bord, je vous en dis plus très vite ! 😎

#PREPARATION DE LA PREMIERE COURSE 

Dans moins de 2 semaines je prendrai le départ de la Lorient BSM, une course en double de 150 milles au départ de Lorient, entre Sein et Belle-Île. La première course demande une préparation particulière car tout doit être prêt sur le bateau, en particulier ce qui concerne la sécurité. Le matériel de sécurité embarqué à bord est dans 90% des cas soumis à des dates de péremption, il faut donc que tout soit en règle pour que je puisse partir sur la course. Je dois aussi préparer la navigation et repérer les zones de course, les cailloux, les courants, et ajuster la préparation au dernier instant en fonction du vent ! Si je termine cette première course, alors je serai officiellement qualifiée pour la Mini Transat 2017, il me reste seulement 80 milles à valider en course sur les 1000 milles demandées ! Au taquet donc pour boucler cette course et appréhender les autres courses de la saison en toute sérénité !

 

Publicités